Petites arnaques à Cuba : les jineteras

//
//

Cuba_voyage
 
Je vous ai déjà parlé des arnaques à la cubaine et notamment des jineteros, ces personnes qui accostent les touristes à Cuba. Une autre variante, avec de jeunes femmes cette fois-ci.
Vous voyagez seule, vous marchez dans la rue, et vous croisez deux jeunes femmes. Dos cubanas. Elles vous adressent la parole en espagnol. Au début, vous ne leur répondez pas, méfiance oblige. Vous continuez à les ignorer mais elles continuent à vous parler et vous vous dites qu’elles sont peut-être tout simplement sympas. Allez, vous y croyez à fond.
Tout en continuant à marcher, vous les écoutez d’une oreille, en leur répondant à peine. Elles vous parlent d’un spectacle avec des gens qui dansent la salsa ; il a lieu aujourd’hui à La Havane. Vous vous dites alors que vous avez un peu de temps à perdre, et vous vous décidez à y aller avec elles. Un peu d’aventure quoi.
C’est chouette de voyager seule, on rencontre plein de monde (un peu moins vrai à Cuba…).
 
La_Habana_Cuba_voyage_partir
Vous les suivez en discutant, et vous vous retrouvez dans un bar. Elles vous disent que le spectacle n’a pas encore commencé, ils sont en train d’installer. Hum…
Le serveur arrive. Alors, vous commandez une boisson. Elles sont très sympas alors pourquoi ne pas passer un moment avec elles. Elles commandent une boisson aussi.
 
Cubana_voyage
Elles vous posent plein de questions et vous jouez à la pauvre étudiante qui n’a pas un rond en poche. C’est un peu vrai mais c’est encore mieux d’exagérer les choses !!

Et puis, d’un coup… une sensation de déjà entendu. Elles commencent à vous parler de cigares. Vous leur racontez l’histoire du « jinetero » et de votre copine Teresa qui s’est bien fait avoir. Elles écoutent, un peu perplexes mais continuent à vouloir vous vendre leurs cigares.
A ce moment là, vous vous dites « MIERDA, je me retrouve dans un plan de M….. encore une fois ». Vous avez envie de prendre vos jambes à votre cou , de partir au plus vite. Vous vous attendez à payer une fortune pour la boisson que vous avez commandé et à devoir EN PLUS inviter ces jeunes demoiselles.
Vous n’avez pas envie. Ras le bol de se faire racketter !
Le serveur VOUS amène la note. Il la met vers VOUS. Que faire ?

Voilà ce que j’ai fait : excédée, j’ai dis au serveur que je ne payerai pas la consommation de ces jeunes demoiselles. Il n’était pas d’accord. J’ai tenu bon. Je lui ai dit que je connaissais déjà la musique donc bon… marre de se faire bananer !
Je m’en sortirai finalement en ne payant que ma part, après avoir signé une feuille blanche !!! Ça fait plus officiel de faire signer…

 

//

// <![CDATA[

// ]]>

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. BRUNO dit :

    Bonjour,
    ok j’y voit un peu plus claire sur les jineteros, donc outre le fait qu’on risque de payer une note salée (je n’aimerais pas que ça m’arrive), il n’est pas question de violence chez les jineteros ?

    • Alexandra dit :

      Bonjour !
      Non, rien à craindre côté violence du côté des jineteros. Le principal risque est de se faire sous tirer de l’argent mais aussi, tout est relatif, pour eux c’est beaucoup, et pour nous finalement, ce n’est pas tant que ça, se faire arnaquer de 40 ou 50 €, cela reste raisonnable (même si c’est énervant en effet !). Mais attention, ils sont partout, surtout à La Havane ! Dès que quelqu’un vous adresse la parole, méfiance !

  1. février 19, 2014

    […] fois, next time, je vous raconte comment on peut encore se faire avoir, par des « jineteras » cette fois, et comment on peut réagir pour se sortir de la situation quand on […]

  2. juillet 28, 2015

    […] à coeur depuis mon voyage à Cuba. J’avais déjà évoqué la question des jineteros (et jineteras) dans un précédent article et je m’apprêtais à rédiger quelque chose sur l’arnaque […]

  3. juillet 28, 2015

    […] à coeur depuis mon voyage à Cuba. J’avais déjà évoqué la question des jineteros (et jineteras) dans un précédent article et je m’apprêtais à rédiger quelque chose sur l’arnaque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.