Révolution en Bolivie… j’y étais !

Alexandra

Alexandra, passionnée de voyage sur notre belle planète... et surtout déjà dans le monde. Ce blog voyage s'enrichira au fur et à mesure de mes vadrouilles ici et là-bas. Mais déjà, vous trouverez des infos, photos, anecdotes, itinéraires, conseils sur quelques destinations, comme le Pérou, la Bolivie, l'Argentine, le Chili, Cuba, le Mexique, les États-Unis, le Canada, l'Indonésie, l'Islande, le Maroc, la Turquie... et j'en oublie ! N'hésitez pas à commenter, partager, aimer, liker, twitter les articles. Merci d'être passé par là, et à bientôt, j'espère !

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Merde alors, je croyais que ça n’existait que dans Tintin chez les Picaros. ça me conforte finalement dans mon idée de ne jamais voyager.

  2. planetemonde dit :

    Arf, il ne faut pas se formaliser…
    Je suis juste tombée au mauvais endroit, la mauvaise année, le mauvais mois et le mauvais jour 😐
    Bon, d’accord, ça coûte moins cher d’acheter une BD ou de louer un film pour se faire peur… mais je t’assure que ce n’est pas pareil 🙂

  3. Anonyme dit :

    Faut toujours se méfier de ce qu’on fait… Même sang voyager et sans sortir de chez soi on peu se faire mal et mourir. Mais bon c’est un autre sujet.
    Voyagez ça forme la vieillesse…

  4. Phil dit :

    Le plus dur quand on voyage c’est que les gens ne parlent pas votre langue et qu’en plus ils ne font aucun nez fort. Pour ma part je suis allé à St Chamond et les Couramiauds ils ne m’ont pas parlé une seule fois en Français. A part fouillat, gaga ou autre je n’ai jamais pu me faire comprendre !

    Ça c’est un voyage exotique…

  1. 18 février 2014

    […] de cauchemars (au lieu des 5 heures de trajet habituelles). Pour en savoir plus, c’est ici : Révolution en Bolivie… j’y étais !A côté de ça, les cafards qui couraient au pied de mon lit, et sur les murs, en Indonésie, […]

  2. 16 mars 2015

    […] Pour résumer, on était coincé dans une ville, on ne pouvait plus partir en raison de la colère des « campesinos » (ces derniers bloquaient les routes). Résultat : une caravane de bus a été formée avec l’aide de l’armée. 6 morts, quelques blessés… et surtout quel stress ! J’avais la boule au ventre durant toute cette drôle d’aventure. Si cela vous intéresse, vous retrouverez le récit de ce bout de voyage ici : Révolution en Bolivie […]

  3. 6 juillet 2016

    […] et des blessés. Mais au final, on est sortis indemnes. Quelle frayeur ! Le récit est sur mon blog si ça vous […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :