Les files d'attente en Pologne… toujours d'actualité !

En Pologne, j’ai appris la patience...
Pas comme à l’époque communiste où il fallait attendre des heures… des jours… (des mois ?)… avec des files d’attente interminables.
Mais quand même, la grande patience !
 
Varsovie
 Nous décidons de prendre le train pour Cracovie. Nos billets en main, nous vérifions 15 fois que nous sommes sur le bon quai. C’est l’heure du départ annoncée sur le billet, un train arrive sur notre quai, on monte dedans. Jusque là, logique…

train_Pologne_voyage

Une heure et demie plus tard… la contrôleuse vérifie nos billets et nous regarde avec les yeux tous ronds. Elle ne parle pas anglais, et nous répète Krakow, Gdansk ! Une fille polonaise nous sert d’interprète… et oui, nous sommes dans un train qui se rend dans le sens opposé, c’est-à-dire dans le nord de la Pologne, à Gdansk !!!

J’ai beau réfléchir mais je ne comprends pas comment il est possible de s’être posté sur le bon quai et d’être dans un train qui va dans le sens opposé… (on apprendra plus tard que ce train pour Gdansk devait passer bien avant mais il a eu du retard. A la gare, ils ont fait l’annonce… en polonais !). No comment…

La soirée était déjà bien avancée et il nous fallait retourner sur Varsovie puis enfin, à Cracovie ! En sortant du train, on se rend compte qu’on n’est pas les seuls… 4 autres touristes parlant polonais ont fait la même erreur…

Dans le train, la controleuse nous avait dit – grâce à notre super interprète – qu’on n’aurait pas de problème pour se faire rembourser les billets.

 

2013 – Cracovie – ville touristique en Pologne

Et bien… c’est là qu’on commençait à découvrir les Kolejka (les fameuses files d’attentes) polonaises.
On se rend au guichet international de la gare et on se fait jeter par la dame. Super… Elle nous dit qu’il faut aller au guichet d’à côté. Il y a deux guichets de vente et un guichet d’informations. On se rend au guichet d’informations pour… comme son nom l’indique… s’informer. Et bien non !!! Elle disparaît un moment avec notre billet de train et réapparaît pour nous dire qu’on doit faire « la queue » au guichet d’à côté.

Rebelote. Patience. Re-kolejka. 15 personnes devant nous. Quelques autres derrière.
On attend… on attend… c’est long. La dame du guichet « informations » nous fait signe. On se retourne. C’est bien à nous qu’elle fait signe. On perd notre place dans la file d’attente pour se rendre à son guichet. Elle regarde à nouveau notre billet de train, réfléchit… réfléchit encore… et nous dit finalement qu’on doit aller au guichet d’à côté.
Mmmmh, j’adopte la plus grande attitude zen qu’il soit pour ne pas lui foutre un coup de boule… on a perdu notre place dans l’autre file d’attente.

Rebelote. De nouveau une quinzaine de personnes devant nous. On hésite avec l’autre file d’attente, qui compte, à vue d’oeil, le même nombre de personnes. On reste raisonnable (et on fait bien… puisque quelques minutes plus tard, l’autre guichet ferme, sans avertissement aucun, laissant cette quinzaine de personnes… refaire la queue derrière nous). La situation est tellement surréaliste. Je plains le pauvre type derrière nous, le 1er de l’autre file, qui se retrouve désormais 16ème !! Je reste admirative devant la patience des gens. Ils n’ont pas râlé. Ils ont juste changé de Kolejka. Comme ça, sans rien dire. Sans le moindre soupir.

kolejka_Pologne_voyage 

Le clou du spectacle… c’est enfin notre tour. On va pouvoir exposer notre problème à cette dame qui ne parle pas anglais. Elle nous explique – grâce à une personne qui parle anglais dans la file – qu’elle ne peut rien faire pour nous. On doit revenir demain ou après demain à la gare, pour -peut-être- obtenir un remboursement de notre billet. La personne qui s’en occupe sera -peut-etre- là.

Je deviens résignée. Un peu comme ces gens de la Kolejka.

On reviendra. Tant pis. On aime tellement les kolejka, surtout quand on n’obtient rien au bout, au mieux une information floue, au pire on se fait littéralement jeter. On se demande comment ils recrutent les personnes à la gare. Parce que le reste des polonais qu’on a rencontré étaient super sympas. Vraiment.
Et bien là… à la gare… c’est la crème de la crème…

On retournera à la gare deux jours plus tard pour acheter nos billets de train et régler notre souci. Sauf que cette fois, au lieu d’avoir des kolejka de 15 personnes, ce sont des kolejka de 30, 40 personnes à chaque guichet. Tant pis, on monte dans le train, on achètera le billet à l’intérieur.

 

2013 – Varsovie – Capitale de la Pologne

On se dit qu’on pourra enfin régler notre problème à Varsovie, capitale de la Pologne.
Et bien, on s’est encore bien amusé, à faire la kolejka, et chaque personne au guichet nous renvoyait à un autre guichet car ils ne parlaient pas anglais. On s’est encore fait jeter au guichet international. Et enfin, à un autre guichet, une dame nous donnait un formulaire à remplir pour -peut-être- un jour, obtenir un remboursement !
C’est quand même hallucinant tout ce bazar, pour au final obtenir un simple papier à remplir…
Super surprenant aussi qu’à Varsovie, capitale de la Pologne, même la personne travaillant au guichet international, ne parle pas anglais….

C’était l’anecdote Kolejka. Bientôt… dans un prochain article, je vous raconterai comment on a parcouru toute la Pologne, à la recherche du jeu Kolejka ou Monopoly communiste, un jeu en vogue en Pologne… et ailleurs.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eh bien, quelle aventure !
    Merci pour cet article qui m’a beaucoup fait rire 🙂
    Ça me rappelle presque le sketch de Dany Boon sur la Poste 😉
    Virginie

  1. mars 16, 2015

    […] 8- L’expérimentation des Kolejka (files d’attente) en Pologne, lors de notre mésaventure en train (le train dans lequel nous sommes montés n’était pas le bon… l’annonce a été faite à la gare mais… en polonais !). Vous trouverez plus de détails ici : les files d’attente en Pologne… toujours d’actualité ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.