15 jours à Cuba pour aimer le reggaeton !

//

// <![CDATA[

// ]]>

Votre défi, si vous l’acceptez, est de rentrer d’un voyage à Cuba en restant hermétique à un style de musique particulier… et en l’occurrence, j’ai choisi… le reggaeton !

Je détestais cette musique, que je trouvais complètement ringarde et surtout ces vidéos kitch. Et… ce qui devait arriver arriva.

15 jours après, j’écoutais du reggaeton.

30 jours après, je cherchais à retrouver des clips ou musiques de reggaeton entendues à Cuba.

31 jours après, je m’apercevais que je n’étais pas la seule dans cette situation. Il suffit de regarder sur les forums de voyage, dans la rubrique Cuba, avec les demandes du style « j’ai entendu une musique de reggaeton à Cuba qui fait tikatikaka, qui peut m’aider à retrouver le titre ? ». Parfois, c’est encore plus vague « Je n’arrive pas à retrouver une chanson populaire que j’ai beaucoup entendue à Cuba. C’est un mélange de conga et de reggaeton avec des rythmes électroniques. Je ne sais pas la décrire plus ! Si cela rappelle quelque chose à quelqu’un, j’attends votre aide !!! »

33 jours après, je retrouvais la chanson que je cherchais

34 jours après, j’aidais les autres à retrouver la chanson qu’ils cherchaient (solidarité nostalgique oblige)

35 jours après, je tentais d’imiter les danseuses de reggaeton devant mon miroir… sans grand succès.

40 jours après, je m’inscrivais à des cours de salsa.

2 ans après, j’ai toujours une pelletée de nostalgie quand j’entends un air de reggaeton et je ne me bouche plus les oreilles. J’ai fait d’énormes progrès !

Que s’est-il passé en 15 jours de voyage à Cuba pour me faire changer d’avis ?

 
Nous allons tenter de comprendre…

Cuba, c’est avant tout une ambiance. Avant de partir à Cuba, j’avais des images en tête. Les vieilles américaines, les cigares, l’architecture, des scènes de vie vues ici et là sur des photos de voyageurs, des couleurs. Je crois que c’est un mélange de tout cela qui m’a donné envie de voyager à Cuba. Une certaine curiosité aussi, avec cette impression que ce pays n’était pas facilement accessible pour partir en mode Routard. Je trouvais très peu d’informations sur la possibilité de logement chez l’habitant à Cuba.
Et puis, je me suis lancée. La copine de la fille d’un ami était partie à Cuba plusieurs mois et m’expliquait un peu comment était la vie là-bas et je récoltais quelques bons plans de choses à voir et à faire à La Havane.

voyage à Cuba La Havane

15 jours, c’était court. On avait couplé avec 15 jours au Mexique pour une question de budget. On ne savait pas trop comment on allait faire avec cette double monnaie, si on aurait accès aux pesos cubains pour manger dans la rue, si la vie était chère, si on allait trouver des combines. Mais revenons au reggaeton !

Cuba est un pays bercé par la musique : salsa, reggaeton (ou cubaton si vous voulez). Le reggaeton, c’est la musique en vogue. C’est littéralement le reggae qui donne le ton, le suffixe « ton » en espagnol vient insister sur le fait que c’est un bon reggae. Mais c’est plutôt un mélange de différents styles, hip-hop, reggae avec des musiques latines (comme la salsa, le merengue, la bachata…etc). Mais cela fait tellement partie de Cuba qu’on l’appelle là-bas Cubaton. Il a remplacé la salsa dans le cœur des jeunes cubains (mais quand même pas dans le mien !). Différentes danses sont associées au reggaeton, comme le provoquant « Perreo », où les femmes bougent beaucoup leur popotin (une danse assez critiquée car les femmes sont un peu réduites à des objets sexuels, et on ajoute à cela un certain machisme), et aussi la Cumbia. Sûrement d’autres, mais je ne suis pas une grande connaisseuse du reggaeton, il ne faut pas exagérer non plus !

Cuba voyage routard

Pendant ces 15 jours à Cuba, j’ai baigné dans cette musique. Elle était partout : dans les restaurants, dans la rue, dans les voitures, dans les soirées, à la Casa de la Musica, ici et là. Les trajets d’une ville à l’autre, on les a souvent fait en Vieille Américaine, pour le même prix que le bus. Avec le reggaeton bien-sûr. C’était de série sur les voitures, et non pas une option ! Je me souviens de ce trajet de Matanzas à Trinidad dans une vieille américaine où le chauffeur avait intégré un lecteur de dvd, on avait non seulement la musique mais aussi les images. C’était kitch à souhait mais cela rendait heureux. Vitres ouvertes, sans ceinture de sécurité, les cheveux au vent, la musique dans les oreilles, l’image des popotins se dandinant sur les airs de reggaeton, le paysage, cette impression de liberté et à côté, le chauffeur qui raconte n’importe quoi…

reggaeton Cuba voyage vieille américaine

Finalement, je crois que la musique et Cuba sont indissociables. Et à travers ses musiques, c’est Cuba que j’aime avant tout !

La question que je me pose, et que je vous pose, c’est « peut-on aimer un pays sans aimer sa musique ? ». A vos crayons, vous avez 1h30 pour y répondre, avec thèse, antithèse et synthèse ! Je vous rends vos copies dès lundi…

Cuba La Havane voyage

Allez, une dernière pour la route !

//

// <![CDATA[

// ]]>

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Ça a été pareil pur moi en République Dominicaine… 😉

  2. Alexandra dit :

    Ah, je me sens moins seule !!

  3. C. dit :

    Je ne suis jamais allée à Cuba et j’écoute sans cesse cette musique ! Je n’ose imaginer si j’y vais un jour puisque cuba est dans ma To do list 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.