J’aime toujours pas l’avion !

Dans la vie, il y a des choses qu’on n’aime pas. Mais au fil du temps, on change d’avis, on voit les choses d’une autre manière, on apprend à aimer. Mais pour l’avion, cela ne s’est jamais produit. Je n’aime toujours pas l’avion.

Ma seule surprise a été d’être surclassée – UNE SEULE FOIS – en business classe lors d’un voyage en Indonésie. De la place pour étendre les jambes, des options inédites, du champagne, la classe ! Mais c’est fini, plus jamais ! Maintenant qu’on voyage en famille, fini les surclassements. De toute façon, de nos jours (c’est la vieille de 40 ans qui parle !), on pouvait demander à s’asseoir vers les issues de secours pour avoir plus de place. Maintenant, c’est fini, c’est devenu une option payante.

Plus je prends l’avion, moins j’aime prendre l’avion.

1- On est à l’étroit, et encore plus quand on a des grandes jambes. Et comme on est déjà bien à l’aise… on nous rajoute des accessoires inutiles. La fameuse couverture d’avion… et le coussin. J’ai bien essayé de les caler à plusieurs endroits, sous la tête, derrière le dos, sous les fesses, sur le côté. Bref, ça finit au sol, comme ceux des voisins. Et c’est bien beau tout ça… tant qu’on reste assis… mais quand on se lève, il faut ranger sa couverture sans la perdre, le coussin a disparu, on y marche dessus, les écouteurs pendent au sol ou s’enroulent avec la couverture.

Et la fameuse tablette pour le repas. Quel bonheur quand on nous sert ce délicieux déjeuner, surtout quand on voyage en famille. Tout est en équilibre sur ces petites tablettes précaires. Que personne ne bouge. Il faut un minimum d’organisation sinon c’est la cata assurée !

Et quand votre tablette est bien remplie, que vous allez juste commencer à manger, l’hôte ou l’hôtesse de l’air vous propose gracieusement une boisson pour vos marmots et vous avez le malheur de répondre : « yes, apple juice please » sans réfléchir. Et elle vous tend un verre plein à ras bord et là, j’ai juste envie de lui demander si elle sait ce qu’est un enfant. Et qu’un verre à ras bord est forcément un futur verre renversé sur mon siège ! Et surtout, je le mets où mon verre ? Il n’y a plus de place sur la tablette ! Je suis obligée de décaler mon plateau un peu sur la gauche, un peu dans le vide pour mettre mon verre quelque part. Et à cette étape là, je n’ai pas encore ouvert les plats chauds. Trouver à caser la capsule aluminium qui gardait les plats au chaud. Mais c’est trop chaud. Alors, les petites ne peuvent pas encore manger et pourtant j’ai hâte que tout cela se termine (et autre part que sur moi !!!). Une fois ce délicieux déjeuner consommé, une de mes grandes satisfactions (oh, que dis-je, c’est même de l’ordre de la jouissance !), c’est quand on peut ENFIN rendre tous nos détritus et plier cette foutue tablette !

2- Dormir dans l’avion… Et bien, déjà, il existe une incompatibilité entre voyager avec de jeunes enfants et dormir. Quand ils grandissent et qu’ils ont leurs sièges, champony ! Alors, je baisse mon siège pour somnoler, comme tout le monde. L’abruti de derrière me met un coup dans mon siège. Je me dis « c’est peut-être un hasard, une erreur de sa part ». Ça recommence. Et encore… C’est la 1ère fois que ça m’arrive dans toute ma carrière de voyageuse ! Le type de derrière a continué et m’a bel et bien dit « fuck » en me montrant son poing, il voulait me tabasser juste parce que j’avais baissé mon siège et qu’il avait de grandes jambes (ah ouais, et tu veux voir les miennes ?). Alors, j’ai relevé mon siège sauf qu’en jetant un coup d’œil discret derrière, j’ai vu qu’il avait lui même baissé son siège. Alors là, j’ai vu rouge. Bref, ça s’est mal passé, on est allé le dire à la maîtresse (rires). Comme ils n’ont pas envie que les gens se battent dans l’avion, ils ont essayé de tempérer. 100 dollars de réduction sur un prochain vol avec la même compagnie. Mouais… je suis sûre qu’ils ont fait la même chose au type…

Aussi, parfois, quand quelqu’un nous autorise à baisser notre siège et qu’on arrive enfin à s’endormir, on prend le torticolis. J’emmène toujours mon cale-tête et j’ai la flemme de le gonfler. Parce que je l’ai laissé au fond de mon sac à dos aussi… Et si on est extrêmement chanceux et qu’on s’est endormi, on est réveillé au bout de quelques heures par la lumière. Ils allument les couloirs, un repas va être servi je crois…

3- Les toilettes… L’autre truc chiant dans l’avion, ce sont les toilettes. Surtout avec les enfants… c’est loin d’être propre. C’est minuscule et quand on ferme la porte, il faut faire un demi-tour sur soi même pour poursuivre ce qu’on était venu faire dans ce lieu. En début de vol, ça va mais au bout de quelques heures, bonjour les dégâts. Des papiers mouillés dégoulinent sur le lavabo. Bref, c’est juste ragoutant !

4- Un autre point noir dans l’avion, c’est pour se dégourdir les jambes, on est vite limité. On pourrait croire qu’on peut réaliser un circuit dans l’avion. Mais il existe tant d’obstacles qu’on finit par rester assis… J’essaie enfin de me lever et je croise d’autres personnes qui font de même. Pour passer dans le couloir et pouvoir se croiser, on est obligé de serrer les fesses. Aussi, les fréquents passages de chariots (pour servir à manger, à boire, ramasser les poubelles) c’est le pire. Comme le chariot prend toute la place dans le couloir, on est forcé de rebrousser chemin ! Enfin, le rideau qui sépare la classe éco des autres classes est un obstacle certain. Au final, le meilleur endroit pour rester debout est… vers les toilettes ou en bout d’avion vers les hôtesses de l’air.

Bon, HEUREUSEMENT, en général, on prend l’avion pour arriver dans un bel endroit qu’on souhaite découvrir. Ces quelques heures de galère sont vite oubliées.

Et mon avion idéal ? Je laisse tomber mon idée irréaliste d’avions ressemblant à des bateaux de croisière. Mais quand même, si les avions pouvaient ressembler à des trains norvégiens, ce serait le pied pour ceux qui voyagent en famille (aires de jeux etc…).

Et vous, quel serait votre avion idéal ? Laissez courir votre imagination, on va faire un brainstorming pour leur donner des idées !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *